Les Conseils d'hamdi

16 jours d’activismes : Zumba pour dire STOP aux violences faites aux femmes !!!

Les violences faites aux femmes peuvent être exercées dans tous les domaines de la vie : travail, couple, famille, école, rue, milieu hospitalier, transports. Elles prennent la forme de violences physiques, psychologiques, économiques, administratives, verbales, et peuvent être exercées ponctuellement ou sur des périodes très longues.L’une des violences la plus fréquente est la violence conjugale.

Violences au sein du couple ou de la famille

Les violences au sein du couple concernent les violences exercées par un conjoint, petit ami, amant, ou ex-conjoint. Et les violences au sein de la famille concernent les violences exercées par un père, oncle, frère, fils, etc.
Ces violences peuvent être physiques (bousculer, frapper avec la main, le pied ou un objet, griffer, mordre, attacher, tirer les cheveux, brûler), psychologiques (dévaloriser le comportement, l’apparence, les qualités et capacités, ne pas adresser la parole, menacer de se suicider ou de tuer, faire du chantage affectif, empêcher de travailler ou de voir les proches, contrôler la communication avec les autres), verbales (insulter, crier), sexuelles (violer, attoucher, imposer des images pornographiques et des pratiques sexuelles non consenties, refuser ou imposer une contraception), économiques (empêcher d’utiliser le salaire, contrôler les dépenses, ne pas payer de pension alimentaire, la rendre solidaire de dettes contractées sans son accord), administratives (voler les papiers d’identité ou documents administratifs indispensables : permis de conduire, bulletin de salaire.

Dire NON aux violences faites aux femmes et à la jeune fille !

Du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, jusqu’au 10 décembre, Journée des droits de l’homme,la campagne « 16 jours d’activisme » contre la violence faite aux femmes donnera l’occasion de dynamiser les actions visant à mettre fin à la violence contre les femmes et les filles partout dans le monde. Cette campagne internationale annuelle a été lancée en 1991. Elle a été initiée par le premier Institut international pour le leadership des femmes (Women’s Global Leadership Institute), et coordonnée par le Centre pour le leadership global des femmes (Center for Women’s Global Leadership).
Depuis trop longtemps, l’impunité, le silence et la stigmatisation ont permis à la violence contre les femmes de s’aggraver jusqu’à atteindre des proportions de pandémie : une femme sur trois dans le monde subit des violences basées sur le genre.

Le temps du changement est venu, et il doit se produire maintenant.

Le thème mondial de la campagne TOUS UNiS de cette année est :Oranger le monde : #ÉcoutezMoiAussi

Sous le thème Oranger le monde : #ÉcoutezMoiAussi , les mouvements féminins nationaux, régionaux et mondiaux, les défenseurs des victimes et les promoteurs des droits humains,sont invités à organiser des rencontres et aussi à créer des occasions de dialogue entre les activistes, les décisionnaires et le public. Au Togo plusieurs événements ont été organisés et continuent d’être organisés.

One Billion Rising Togo en collaboration avec Femmes de Sabialafia organisent dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes, une séance de Zumba à ciel ouvert de 2h lors de laquelle des intervenants entretiendront le public sur le sujet et les moyens de recours disponibles sur l’étendue du territoire national.
Lieu: Terrain du Lycée d’Agoè
Date: Samedi 08 Décembre 2018

Alors mes amours de lectrices/lecteurs je vous invitent à venir faire entendre vos voix en disant non aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles en venant massivement à cette séance de Zumba pour en faire d’une pierre deux coups (perdre quelques kilos tout en disant NON ! 😉)

NB : C’est gratuit et les hommes aussi peuvent être de la partie.

Loading Likes...

15 réflexions au sujet de “16 jours d’activismes : Zumba pour dire STOP aux violences faites aux femmes !!!”

        1. Oui malheureusement on a encore des frères qui continue cela. Et je pense que qui ne le faisons pas doivent aussi participer à cette bataille pour nos filles, nos sœurs et nos mères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *